Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 Pneumologie : le diabète représente un facteur aggravant en cas de pathologie pulmonaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Pneumologie : le diabète représente un facteur aggravant en cas de pathologie pulmonaire    Mer 15 Aoû - 0:27

Pneumologie : le diabète représente un facteur aggravant en cas de pathologie pulmonaire


En cas de BPCO, cherchez un diabète



D'après une deuxième étude, conduite par l'équipe australienne dirigée par le Dr Chittleborough, un diabète est fréquemment trouvé chez les patients atteints de BPCO.

En effet, au sein de la North West Adelaide Health Study, une cohorte de 4.000 personnes de plus de 18 ans, la prévalence du diabète préalablement diagnostiqué s'est avérée significativement plus importante chez les patients atteints de BPCO (presque deux fois plus importante).

Cette étude confirme par ailleurs l'effet aggravant du diabète sur la fonction pulmonaire, montré par l'équipe biélorusse. Ainsi, le VEMS1 (volume expiratoire maximal à la première seconde ou FEV1 en anglais) apparaît plus faible chez les patients ayant déjà reçu un diagnostic de diabète avant leur inclusion dans l'étude (2,50 l/s) que chez ceux n'ayant pas été diagnostiqués avant cette étude (2,74 l/s) ou chez les patients non diabétiques (3,23 l/s).

Plus intéressant, le VEMS1, comme la capacité vitale (FVC en anglais), ou encore le rapport moyen VEMS1/CV atteignent des valeurs inférieures chez les patients présentant une glycémie à jeun anormale, par rapport à celles trouvées chez les patients présentant une glycémie normale.

Ainsi, "l'altération de la fonction pulmonaire n'est pas seulement une complication associée au diabète mais elle apparaît également chez des patients dont le diabète est cliniquement plus silencieux ou qui ne présentent qu'une glycémie à jeun anormale", commentent les auteurs.

Réalisé et validé en collaboration avec des professionnels de la santé
sous la direction du Dr Anne Richard
Traiter le diabète de type 2 par un régime alimentaire adapté


Le premier traitement à mettre en place chez un diabétique de type 2 est diététique, a expliqué le Pr Louis Monnier, chef du service des maladies métaboliques à l'hôpital Lapeyronie de Montpellier.

Les mesures diététiques permettent non seulement de réguler la glycémie mais permettent également de diminuer le risque artériel, plus élevé chez un patient diabétique que chez un patient indemne d'une telle maladie.


"Une fois que les diabétiques ont été traités par des médicaments, le changement de régime alimentaire a des résultats moins satisfaisants mais au tout début, en traitement initial, un régime est redoutablement efficace", estime le Pr Monnier.

Inutile pourtant de mettre en route des régimes trop restrictifs, comme les régimes à très basses calories (moins de 400 kcal/jour) car ce qui compte c'est le poids d'arrivée, précise-t-il.

LIMITER LES SUCRES RAPIDES AU PETIT-DÉJEUNER

Pour le contrôle glycémique, l'important est de baisser les aliments à fort indice glycémique au petit déjeuner.

Par ordre d'indice glycémique décroissant, on peut citer : les cracottes et les corn-flakes (hyperglycémiants rapides), le pain et le saccharose (semi-lents), les pommes de terre et le riz (lents), les pommes, les légumes secs et le lait (ultra-lents).

"Le petit-déjeuner est toujours le repas le plus hyperglycémiant or c'est là que l'on consomme le plus de sucres à absorption rapide !", déplore le Pr Monnier. "Il faut éviter le petit déjeuner à la française avec des croissants et de la confiture mais enrichir plutôt ce repas en protéines et lipides".

FAVORISER LES ACIDES GRAS MONOINSATURÉS

Pour diminuer le risque cardio-vasculaire, "de nombreuses recommandations diététiques existent", a expliqué le Pr Monnier, citant la diminution de l'apport en acides gras insaturés trans, en acides gras polyinsaturés oméga 6 ou en sel ou au contraire l'augmentation de la consommation de fibres et d'anti-oxydants, l'apport recommandé en acides gras polyinsaturés oméga 3 ou les deux petits verres d'alcool quotidiens.

"Mais la plus importante des recommandations à mes yeux est celle d'équilibrer les sources d'apport calorique", a-t-il souligné. C'est-à-dire faire en sorte que la somme des glucides et des graisses monoinsaturées représentent 66% du total.

NE PAS FAIRE DE LA NOURRITURE UN OUTIL DE TORTURE

Enfin, il faut prendre des objectifs réalistes, a insisté le Pr Monnier. "Il existe des recommandations de niveau A (fondées sur des preuves scientifiques validées) pour des patients de poids normal : atteindre moins de 7% des calories sous forme d'acides gras saturés et moins de 200 mg de cholestérol par jour. C'est infaisable !".

Il faut atteindre un bon équilibre entre les contraintes d'une part et le bien-être et les résultats d'autre part.
Il est difficile de changer ses habitudes alimentaires, a fortiori si le plaisir en est diminué.

Reste à concilier les deux. Pour cela, des astuces existent. Le plaisir en bouche dépend en effet de trois éléments : l'onctuosité de l'aliment, sa saveur (sucrée, salée, acide, amère) et ses arômes.

Si certains aliments ont peu de saveur, par exemple manquent de sel, on peut augmenter leur arôme. "L'huile d'olive est à ce titre intéressante car elle apporte des arômes, des acides gras monoinsaturés et améliore l'onctuosité", expliquait le Pr Monnier.

Autre astuce : diminuer la quantité mais faire durer le plaisir : "on peut se limiter à un carré de chocolat noir par jour mais au lieu de l'engloutir, le faire fondre sur la langue et le savourer longuement".

Réalisé et validé en collaboration avec des professionnels de la santé
sous la direction du Dr Christian Recchia
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
 
Pneumologie : le diabète représente un facteur aggravant en cas de pathologie pulmonaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Documentations Maladies-
Sauter vers: