Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf-Nadége
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 BPCO : une alimentation riche en viande fumée,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: BPCO : une alimentation riche en viande fumée,    Mar 30 Oct - 1:04

BPCO : une alimentation riche en viande fumée, un facteur de risque supplémentaire ?




Une alimentation riche en viande fumée, à cause de sa forte teneur en nitrites, pourrait favoriser le développement d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), suggère une étude américaine.

Si le tabagisme représente un facteur de risque bien établi de la BPCO, seuls 15% à 40% des fumeurs développeront cette maladie, indiquant qu'il existe des causes additionnelles, rappelle la Société européenne de pneumologie (ERS) dans un communiqué.

Les résultats d'une étude, présentés au congrès de l'ERS à Munich,
viennent suggérer que, parmi les autres facteurs de risque, pourrait
figurer une grande consommation de viandes fumées.

L'équipe de Graham Barr de l'université Columbia à New York s'est
intéressée à ces produits car ils sont riches en nitrites, qui sont
notamment utilisés comme agents conservateurs, car ces molécules sont
connues pour augmenter le stress oxydatif. Or on suppose que ce phénomène - également associé à la fumée de cigarettes - participe à la survenue d'une BPCO, a expliqué le principal auteur, Riu Jiang.

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé les données d'une grande
étude représentative de la population américaine, l'étude NHANES
(National Health and Nutritional Examination Survey) III, dans laquelle
les participants ont été interrogés sur leurs habitudes alimentaires et
participé à des tests de la fonction pulmonaire.

L'analyse ajustée (pour l'âge, le sexe, l'origine ethnique et le
tabagisme) des données émanant de 7.581 personnes âgées de plus de 45
ans indique que celles qui consomment de la viande fumée (lard, saucissons, jambon, viande des plats cuisinés) présentent une fonction pulmonaire significativement altérée par rapport à celles qui n'en ont jamais mangé.

Le volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS) était inférieur de 115 ml et le rapport entre le VEMS et la capacité vitale forcée (CVF) était inférieur de 2,11%.

L'ajustement pour d'autres facteurs (éducation, indice de masse corporelle qui est le rapport du poids sur le carré de la taille, activité physique) n'a pas modifié ces résultats de manière notable.

Globalement, le risque de BPCO chez les plus gros consommateurs de viande fumée par rapport à ceux qui n'en mangent jamais était multiplié par 1,72, avec une relation dose-dépendante : le risque de BPCO légère n'était pas augmenté de manière significative ; en revanche, celui de BPCO modérée était multiplié par 1,38, celui de BPCO sévère par 2,51 et celui de BPCO sévère à très sévère par 3,49.

Par ailleurs, les résultats étaient similaires chez les fumeurs, les anciens fumeurs et les non fumeurs, suggérant que la viande fumée possède un effet indépendant de la fumée de tabac, a souligné Rui Jiang.
Cette étude comporte toutefois certaines limites, a-t-elle reconnu :
il s'agit d'une étude croisée, le VEMS n'a pas été évalué après la prise
d'un bronchodilatateur,
ainsi que d'autres facteurs de confusion potentiels, notamment la
consommation de légumes, qui n'ont pas été pris en compte dans
l'analyse. Une personne de l'auditoire a en effet fait remarquer que les légumes du genre Brassica (famille des choux, choux-fleurs, navets) étaient riches en nitrates, ce qui mériterait d'être évalué, a confirmé la chercheuse.

Réalisé et validé en collaboration avec des professionnels de la santé
sous la direction du Dr Anne Richard
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
 
BPCO : une alimentation riche en viande fumée,
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Soins - Conseils - Santé - Médicaments-
Sauter vers: