Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 bêtabloquants, nouvelle piste contre le cancer du poumon NPC ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: bêtabloquants, nouvelle piste contre le cancer du poumon NPC ?    Lun 14 Jan - 12:58

Les bêtabloquants, nouvelle piste contre le cancer du poumon NPC ?


Les patients atteints d'un cancer du poumon non à
petites cellules qui reçoivent des bêtabloquants vivent plus longtemps que les
autres, d'après une étude rétrospective.
Auteurs : Zosia
Chustecka
, Aude
Lecrubier


10 janvier
2013

Houston, Etats-Unis - La patients atteints de
cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) qui reçoivent des bêtabloquants
pour une hypertension ou une cardiopathie en plus d'une radiothérapie voient
leur survie globale prolongée de façon significative par rapport à ceux qui n'en
reçoivent pas, selon une étude rétrospective sur 722 patients publiée dans les
Annals of Oncology [[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]].

La survie globale moyenne était de 23,7 mois chez les
patients sous bêtabloquants (n=155) contre 18,6 mois chez les autres (n=567), ce
qui correspond à une amélioration de la survie de 22% (p=0,02).

En parallèle, la survie sans récidive et la survie sans
dissémination métastatique étaient également significativement améliorées de
respectivement 26 % (p=0,02) et 33% (p=0,01).

En revanche, la survie sans progression locorégionale
n'était pas améliorée. « Ces résultats suggèrent que les bêtabloquants affectent
la cascade métastatique plus que la tumeur primaire », supposent les auteurs
Dr Daniel Gomez et coll (service d'onco-radiothérapie, Université du
Texas, Centre anticancéreux M.D. Anderson, Houston, Etats-Unis).

Ils soulignent, toutefois, que des études prospectives
sont nécessaires pour confirmer ces données et appellent à ne pas tirer de
conclusions trop hâtives.


La piste de la voie bêta-adrénergique à l'origine des métastases



D'après les auteurs, les conditions de stress
chronique et l'exposition prolongée à l'adrénaline et à la noradrénaline
pourraient être impliquées dans le développement des métastases. « En
particulier, il a été montré que la noradrénaline stimulait directement les
migrations de cellules tumorales, et que cet effet est médié par les récepteurs
bêta-adrénergiques », expliquent-t-ils.

« Nous suggérons que la voie impliquée est la voie
bêta-adrénergique. Plusieurs études précliniques (in vitro et chez l'animal) ont
montré que cette voie induit une prolifération et une migration des cellules
tumorales qui peuvent mener au développement de tumeurs à distance dans
différents sites du corps (comme le cerveau, le foie, les glandes
surrénales). Ces métastases sont la principale cause de décès chez les patients
atteints de ce type de cancer. Notre principale hypothèse est que les
bêtabloquants bloquent la signalisation de cette voie et que ce faisant, ils
inhibent le développement de métastases à distance », a commenté le Dr Gomez
pour l'édition internationale de Medscape.

Interviewé par Medscape.com, le Dr Mark Kris
(chef du service d'oncologie thoracique au centre anticancéreux Memorial Sloan
Kettering) salue cette nouvelle recherche comme une piste potentielle pour
comprendre et prévenir les métastases. « Le processus métastatique est très
complexe et se met en place sur des mois ou des années. Nous commençons
seulement à l'explorer dans les cancers du poumon mais nous ne connaissons pas
vraiment le mécanisme », explique-t-il.


Ce qu'ont montré les études jusqu'ici…



Un certain nombre d'études ont déjà pointé les
effets anti-tumoraux des bêtabloquants, indiquent les auteurs. Des études chez
des patients atteints de cancer du sein ont montré une réduction significative
de la récidive tumorale et de la mortalité due au cancer , alors qu'une étude
chez des patients atteints de mélanome métastatique a rapporté une amélioration
de la survie . En revanche, une étude menée chez
des patients atteints de cancer du poumon et publiée en 2011 n'avait pas mis en
évidence d'association entre l'utilisation des bêtabloquants et la survie
globale .

« L'association entre les bêtabloquants et le cancer
suscite de l'intérêt. Cependant, les résultats de ces études observationnelles
ont été très variables avec peu d'études montrant un effet bénéfique, d'autres
un effet neutre et un petit nombre montrant un effet délétère. Il est donc
nécessaire de mener des études prospectives pour confirmer ou infirmer cette
association », a commenté le Dr Sripal Bangalore (responsable du groupe
sur les résultats cardovasculaires, New York University School of Medecine,
Etats-Unis).


Les détails de l'étude



Les chercheurs ont inclus 722 patients atteints de
CBNPC qui ont subi des séances de radiothérapie entre 1998 et 2010 au centre MD
Anderson. La plupart des patients ont reçu une chimiothérapie concomitante;
seuls 10% ont eu une radiothérapie seule. L'ensemble des patients a reçu des
doses de radiations relativement homogènes : radiations 5 jours par semaine pour
une dose totale de 60 à 87,4 Gy.

Dans cette cohorte, 155 patients étaient sous
bêtabloquants alors qu'ils recevaient des radiations. La plupart d'entre eux
étaient hypertendus et le tiers restant souffrait de maladies cardiovasculaires,
la plupart du temps de maladies coronariennes. Les antihypertenseurs les plus
souvent prescrits étaient le métopropol et l'aténolol.

La plupart des patients atteints de CBNPC avaient une
maladie de stade III (cancer localement avancé) et une moyenne d'âge de 65 ans.
Les patients qui recevaient les bêtabloquants étaient souvent plus âgés, avaient
un état de santé moins bon, et avaient moins souvent eu recours à une
chimiothérapie et des fortes doses de radiations. Cependant, les résultats sont
restés significatifs après ajustement pour ces variables même en tenant compte
aussi de l'existence d'une BPCO et de la consommation d'aspirine.

Ce sujet a fait l'objet d'une publication dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
 
bêtabloquants, nouvelle piste contre le cancer du poumon NPC ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Soins - Conseils - Santé - Médicaments-
Sauter vers: