Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 Que se passe-t-il dans mes bronches quand ma BPCO évolue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Que se passe-t-il dans mes bronches quand ma BPCO évolue ?    Lun 23 Avr - 0:01

Que se passe-t-il dans mes bronches quand ma BPCO évolue ?


La BPCO étant une inflammation chronique des bronches, la maladie n’évolue que si le contact entre les irritants et les bronches perdure. Si c’est le cas, la paroi des bronches continue à s’épaissir et les diamètres bronchiques à se réduire. Le flux d’air diminue progressivement, rendant la respiration plus difficile. Il faut faire un effort respiratoire de plus en plus important pour arriver à faire passer l’air dans les bronches.
Parallèlement, le mucus s’accumule car il est produit en quantité croissante. La toux et l’émission de crachats (expectoration) deviennent alors plus fréquentes et plus pénibles, mais ne permettent cependant pas de vider totalement les bronches.
En se propageant, l’inflammation détruit peu à peu la fine structure des très nombreuses alvéoles pulmonaires qui se trouvent autour des petites bronches et constituent le tissu (ou parenchyme) pulmonaire. Cette inflammation se traduit par une fragilisation puis une distension des alvéoles pulmonaires puis, à terme, par une rupture de celles-ci : c’est l’emphysème pulmonaire.
L’emphysème ajouté au rétrécissement de vos bronches empêche votre poumon de se vider correctement à l’expiration.
Ce dernier se dilate alors, tel un ballonnet dans lequel on soufflerait et que l’on empêcherait de se vider complètement entre chaque insufflation. Ce gonflement qui distend votre poumon et par conséquent votre thorax donne à ce dernier un aspect particulier dit « en tonneau ». C’est un aspect caractéristique de la BPCO distendue.
Sachant que dans la fine structure des alvéoles passent les vaisseaux sanguins qui permettent le transport de l’oxygène vers les muscles, les organes et les tissus, il est facile d’imaginer que la destruction alvéolaire diminue les échanges gazeux entre l’air et le sang.

Pour compenser les effets de cette destruction, il faudrait beaucoup plus d’air pour capter l’oxygène nécessaire. La respiration devient de plus en plus pénible. Il peut arriver d’être essoufflé même au repos.


Complications possibles





Les infections bactériennes et les pneumonies sont les complications les plus fréquentes : la fonction respiratoire s’aggrave de plus en plus. Le patient doit éventuellement être hospitalisé pour être traité par antibiotiques et inhalations.



A la longue, une pneumopathie chronique a des répercussions défavorables sur la fonction cardiaque. Avec le temps, la pression des vaisseaux pulmonaires augmente, provoquant une hypertension pulmonaire, ce qui constitue une surcharge pour le ventricule droit. Il en résulte un affaiblissement de la performance cardiaque avec apparition de manifestations cliniques d’insuffisance cardiaque.



Le tabagisme chronique produit des calcifications des parois vasculaires, appelées artériosclérose ; les vaisseaux coronaires sont également touchés, ce qui peut engendrer une maladie coronarienne
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Re: Que se passe-t-il dans mes bronches quand ma BPCO évolue ?    Jeu 28 Fév - 1:24

Traitement préventif (hygiène et conditions de vie)




BPCO ET TRAVAIL



Un patient atteint de BPCO peut continuer à travailler si son état de santé est compatible avec le travail effectué. Il est possible dans le cas contraire de se reclasser vers un poste plus sédentaire, moins pénible physiquement. Au stade d’insuffisance respiratoire chronique, il est possible de pouvoir continuer à travailler en cas de travail très sédentaire.



BPCO ET PSYCHOLOGIE



Il est assez habituel de se sentir anxieux au cours d’une BPCO, voire même d’être dépressif. Entre un tiers et la moitié des malades sont concernés. Il ne faut donc surtout pas hésiter à se faire aider par un psychiatre ou un psychologue, et au minimum en parler à son ou ses médecin(s) habituel(s). Il peut être proposé au patient de faire un séjour de reconditionnement à l’effort dans un centre de réhabilitation respiratoire, ce qui peut avoir des effets positifs non seulement sur le physiaque mais aussi sur le mental.



BPCO ET ALIMENTATION/POIDS



Le fait d’être trop gros ou trop maigre a des effets néfastes sur l’évolution de la maladie. Etre en surpoids trop important peut aggraver l’essoufflement et réduire plus encore la capacité pulmonaire. Il convient donc de mettre en place des mesures diététiques afin de se rapprocher du poids normal.

A l’inverse, le problème de dénutrition est majeur lors des stades évolués de la maladie : en effet, 50% à 60% des personnes atteintes de BPCO évoluées sont en état de dénutrition. Le patient doit donc être attentif à une éventuelle perte de poids et fonte musculaire. Une fois celles-ci détectées, un apport calorique suffisant doit les compenser et permettre une reconstruction des muscles. Il faut donc tout au long de l’évolution de la BPCO rester vigilant face à ce risque.



BPCO ET SPORT



A un stade précoce de la BPCO, il est recommandé de faire du sport. Lorsque la BPCO rend difficiles les efforts, un programme de réhabilitation respiratoire centrée sur l’activité physique et le ré-entraînement des muscles, sera conseillé. Au stade d’insuffisant respiratoire, la pratique d’un sport est impossible mais l’entretien musculaire restr cependant nécessaire, si besoin est avec l’aide d’un kinésithérapeute et, dans tous les cas, par le maintien d’un minimum d’activité physique quotidienne.



BPCO ET VOYAGE/LOISIRS



On peut partir en voyage si on a une BPCO à condition de :



- Savoir quel est son niveau de souffle (VEMS) et d’oxygénation dans le sang au repos.

- Avoir sur soi des informations précises sur sa maladie et son traitement.

- Etre capable de reconnaître et gérer un début d’exacerbation respiratoire.

L’avion peut poser problème lorsque la BPCO a évolué. En effet, le vol risque de renforcer l’hypoxie (manque d’oxygène dans le sang). Il peut être nécessaire d’être mis sous oxygène pendant le vol ou d’adapter son oxygénothérapie.



Dans tous les cas, il n’est pas possible d’utiliser son propre matériel (sauf si l’on dispose d’un concentrateur portable ou transportable, mais ces matériels sont encore peu diffusés, et il faut de toutes façons en prévenir la compagnie aérienne à l’avance) ; des bouteilles d’oxygène agréées «aéronautique » peuvent être fournies par la compagnie. Ceci nécessite là encore de la prévenir quelques semaines à l’avance.



Pour pouvoir bénéficier de l’assistance gratuite proposée par les aéroports aux passagers malades, il faut prévenir le service médical de sa compagnie d’avion à l’avance (le patient devra faire remplir un imprimé spécifique par son médecin traitant ou son pneumologue).



BPCO ET INTERVENTIONS CHIRURGICALES



Les précautions à prendre en cas d’anesthésie sont d’autant plus importantes que la maladie est évoluée et l’apport d’oxygène nécessaire :



- En cas d’intervention abdominale, la douleur postopératoire due à l’ouverture des muscles de l’abdomen réduit la capacité respiratoire et rend la toux pénible, donc moins efficace (le risque d’infection ou d’insuffisance respiratoire est alors plus grand).



Les risques sont identiques en cas d’intervention sur le thorax (opération du cœur par exemple).

- Dans ces circonstances, l’aide du kinésithérapeute est précieuse.



Des consignes simples doivent être respectées avant une opération :



- arrêt total du tabac plusieurs semaines avant l’intervention.

- faire mesurer son souffle et prendre l’avis de son pneumologue.

- faire des séances de kinésithérapie pour bien vider ses bronches et apprendre à contrôler au mieux sa respiration.

- augmenter sa consommation de bronchodilatateurs (sur les conseils du médecin).

Dans certains cas, il peut être nécessaire de débuter une réhabilitation respiratoire avant de subir une opération.

BPCO ET VIE SEXUELLE

Une vie sexuelle est tout à fait possible pour un patient atteint de BPCO qui rencontre comme seul obstacle un essoufflement important. Rappelons que l’énergie requise pour un acte sexuel correspond à peu près à l’effort qu’il faut pour monter un escalier de vingt marches ou pour marcher rapidement sur un terrain plat pendant quatre à six minutes tout en parlant.

Des solutions existent pour être moins essoufflé :

Il est possible d’économiser son souffle en pratiquant certaines positions (il faut éviter celles qui compriment le thorax et l’abdomen).

- il est possible d’utiliser un bronchodilatateur avant voire pendant les relations.

- il est conseillé de poursuivre l’oxygénothérapie pendant tout ou partie de l’acte sexuel si besoin est.

- le kinésithérapeute peut aider son patient à trouver des positions et des exercices respiratoires qui détendent avant les rapports sexuels.
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
 
Que se passe-t-il dans mes bronches quand ma BPCO évolue ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Documentations Maladies-
Sauter vers: