Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 Nutrition et réhabilitation respiratoire au cours de la BPCO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Nutrition et réhabilitation respiratoire au cours de la BPCO   Sam 15 Déc - 2:19



Nutrition et réhabilitation respiratoire au cours de la BPCO

L’alimentation peut intervenir comme un facteur de risque ou protecteur de la BPCO. En cas de dénutrition, marquée par un index de masse corporelle (IMC) < 21,
les mécanismes associent à des degrés divers anorexie et/ au augmentation de la dépense énergétique eux mêmes secondaires à un désavantage mécanique, l’inflammation,le stress oxydant et l’hypoxémie. Les conséquences de la dénutrition sur le fonctionnement et les possibilités d’interventions sont revues dans cette mise au point dans le cadre de la réhabilitation. Aux côtés de patients dénutris, de plus en plus de patients avec BPCO sont en surcharge pondérale avec insulino-résistance et ses propres complications.
Néanmoins, il est acquis qu’un poids élevé ait un rôle plutôt protecteur en terme de survie chez le patient avec BPCO.
Les points clés en 2012 sont l’intégration de la BPCO, maladie générale ou systémique dans un « syndrome chronique systémique inflammatoire » qui associe au moins 3 de ces 6 critères : âge > 40 ans, tabagisme avec symptômes respiratoires et fonction respiratoire compatible avec une BPCO,
insuffisance cardiaque chronique, résistance à l’insuline et augmentation de la CRP plasmatique ; le risque vital engagé en cas d’un IMC < 21 au cours de la BPCO ; la nécessité d’intégrer les paramètres respiratoires tels que la dyspnée et le degré d’obstruction et non respiratoires comme l’IMC et le périmètre de marche de 6 minutes pour définir le pronostic vital ; l’intervention nutritionnelle isolée n’a pas fait ses preuves alors qu’intégrée dans un programme de réhabilitation respiratoire il est possible d’avoir des effets cliniquement significatifs en termes de morbi-mortalité en cas de reprise d’au moins 2 kilos. Il reste à comprendre les mécanismes et définir les thérapeutiques capables de moduler l’inflammation systémique de la BPCO si l’on veut changer l’histoire naturelle de cette maladie générale.


Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française

Une évaluation nutritionnelle est nécessaire au cours de la réhabilitation respiratoire des broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) car elle participe à la définition du pronostic fonctionnel et vital, G1+*. L’évaluation nutritionnelle de la BPCO comporte une histoire du poids sur les 6 derniers mois et un calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), G1+. Un IMC < 21 engage le pronostic vital, G1+. Une impédancemétrie est utile pour dépister une baisse de la masse maigre chez les patients dont l’IMC est compris entre 21 et 26, G1+. Il ne faut pas chercher à faire
maigrir les patients atteints de BPCO, G1-. Le réentraînement par l’exercice implique de façon systématique l’augmentation des apports nutritionnels, en particulier en cas de dénutrition, c’est-à-dire en cas d’IMC < 21, de perte de poids de 10 % dans les 6 derniers mois ou d’indice de masse non grasse
percentile, G1+. Une supplémentation orale couplée au réentraînement à l’effort est recommandée car elle est capable d’augmenter le poids et la masse maigre chez les patients atteints de BPCO qui sont dénutris (G1+).
* Niveau de preuve et force de recommandations inspirées de la méthodologie
GRADE : G1 = « recommandation forte » ; G2 = « recommandation
faible » ; positive = « il est recommandé de » ; négative = « il est recomander de ne pas


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
Didier
Modérateur Médecine Douce
Modérateur Médecine Douce
avatar

Masculin Scorpion Singe
Date de naissance : 22/11/1968
Age : 48
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Nutrition et réhabilitation respiratoire au cours de la BPCO   Sam 17 Aoû - 17:23

C'est un article traduit ça reste compréhensible.. améliorable bien sûr!

A propos de l' American Thoracic Society (ATS)

A.T.S a écrit:
Les racines de l'American Thoracic Society remontent à 1905, quand un petit groupe de médecins a décidé que la meilleure façon d'améliorer les soins aux patients atteints de tuberculose était de partager leurs expériences et de découvertes. Aujourd'hui, l'ATS est devenue une société internationale avec plus de 15.000 membres. Dans cette introduction, vous trouverez des informations sur les personnes et les programmes qui font l'ATS leader Association médicale au monde dédié à l'avancement de notre compréhension scientifique et clinique des maladies pulmonaires, des maladies graves et des troubles respiratoires liés au sommeil.
Une étude suggère un lien (entre la vitamine D à haute dose) et la qualité des résultats de la réhabilitation.

La vitamine D améliore les résultats de l'exercice chez les patients atteints de BPCO


ATS 2011 DENVER - Les suppléments de vitamine D peuvent aider les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) obtiennent plus de leurs programmes de réadaptation pulmonaire, selon une étude menée par des chercheurs de Belgique.

Les résultats de l'étude seront présentés lors de la Conférence internationale 2011 à Denver ATS.

"Notre étude montre que fortes doses de suppléments de vitamine D au sommet d'un programme de réhabilitation standard améliorent les résultats en termes de force des muscles respiratoires et capacité exercice," Miek Hornikx, physiothérapeute et studentin doctorat du département de pneumologie à l'Université de Katholieke Leuven, en Belgique, a déclaré dans un communiqué de presse.

La carence en vitamine D est fréquente chez les patients atteints de BPCO, et est souvent associé à un manque d'exposition au soleil et l'alimentation. Patients atteints de MPOC aussi souvent ont limité l'activité physique en raison de difficultés liées à la maladie, qui peut également se traduire par une moindre exposition au soleil respiration, Mme Hornikx expliqué.

"BPCO peut être considéré comme une maladie respiratoire avec des conséquences non respiratoires importantes, telles que l'ostéoporose, les maladies cardiovasculaires et une faiblesse musculaire," dit-elle. «Ces conséquences finiront par être influencés négativement par l'inactivité physique qui, avec intolérance à l'effort, est une caractéristique fréquente chez les patients atteints de BPCO et a fait ses preuves pour être liée à la mortalité.

"Les faibles niveaux de vitamine D dans le sang ont été liées à une faiblesse musculaire, une cible majeure pour la réhabilitation respiratoire et un risque accru de chutes," elle a ajouté: «Comme la vitamine D est souvent épuisés chez les patients atteints de BPCO, nous voulions voir si la vitamine D supplémentation aurait un effet bénéfique sur la réhabilitation chez ces patients, peut-être en augmentant la force musculaire ».

Les chercheurs ont recruté 50 patients atteints de BPCO avec des antécédents d'exacerbations qui lui avaient été soumises pour la réhabilitation et assignés au hasard à recevoir soit une dose mensuelle de vitamine D ou un placebo. Les patients dans le groupe de la vitamine D ont reçu 100.000 UI (unités internationales) de vitamine D dans leur dose mensuelle; aux États-Unis apport journalier recommandé en vitamine D est de 600 UI par jour pour les adultes jusqu'à 70 ans et 800 UI par jour pour les adultes de plus de 70 ans.

Tous les patients ont participé à un programme de réadaptation pulmonaire pendant trois mois. Au début de l'étude et de nouveau à l'achèvement du programme de réhabilitation, la force musculaire périphérique et des voies respiratoires, la capacité d'exercice et les niveaux de vitamine D ont été mesurés. Les patients ont également été invités à remplir un sondage de la qualité de vie avant et après réhabilitation.

A la fin de l'étude, les chercheurs ont constaté que les patients traités avec de la vitamine D présentaient une amélioration significative de la capacité d'exercice et la force musculaire respiratoire par rapport à ceux du groupe placebo.

«Ces résultats soutiennent l'idée que la correction de la carence en vitamine D par l'ajout de suppléments de vitamine D à des programmes de formation permet aux patients atteints de MPOC à atteindre de meilleurs résultats de la réadaptation, y compris l'amélioration de la force musculaire et la capacité d'exercice», a déclaré Mme Hornikx.

Fait intéressant, malgré des améliorations significatives dans la capacité d'exercice chez les patients traités avec de la vitamine D, les patients n'ont pas fait état d'une augmentation significative de la qualité liée à la santé de la vie.

"Cela pourrait être dû au fait que nous avons eu un nombre relativement restreint de patients inclus dans cette étude, ainsi que la durée relativement courte de l'étude», a déclaré Mme Hornikx. Les études futures devraient se concentrer sur les mécanismes spécifiques par lesquels la vitamine D affecte les patients avec BPCO, at-elle ajouté.
Revenir en haut Aller en bas
 
Nutrition et réhabilitation respiratoire au cours de la BPCO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Kiné réhabilitation respiratoire-
Sauter vers: