Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 Des plantes pour retaper ces poumons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
barroudeur

avatar

Masculin Bélier Dragon
Date de naissance : 10/04/1952
Age : 65
Localisation : MARSEILLE
Humeur : suivant l'état de la Mer

MessageSujet: Des plantes pour retaper ces poumons   Mer 21 Déc - 18:24


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Re: Des plantes pour retaper ces poumons   Mer 21 Déc - 18:59

Merci Baroudeur, jai fais des recherches sur ces plantes qui peuvent ameliorer le quotidien de notre vie

Plantes toniques du système respiratoire

Aunée (inula helenium) racine


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nom latin : inula helenium
Autre appellation : aunnée officinale, hélénine, œil de cheval, astre de chien, soleil vivace, arôme germanique, énule-campagne, inule aunée, grande aunée.
Famille : astéracées
Partie utilisée : racine, rhizome.
Habitats et cultures : plante herbacée vivace, aux tiges dressées, rhizome court et racine de couleur grise brun, fortement ridés - Feuille ovale, lancéolée, dentée, dont la face inférieure est cotonneuse - Capitule de 6 à 8 cm de diamètre formé d'un involucre de grandes bractées entourant des fleurs jaunes ligulées à la périphérie et tubuleuse au centre. Fruit : akène couronné de soies roussâtres de (0,80 à 1,50 de haut). Récolte : juillet-août. Originaire d’Europe du sud-est et de l’Asie occidentale, l’aunée pousse dans les régions tempérées. On la cultive par semis (au printemps) ou par division des racines. Elle préfère les sols humides. En automne, on déterre la racine, puis on la coupe pour la faire sécher à haute température.

Principaux constituants : fructosanes : inuline (jusqu’à 44 %), stérols (sitostérol et stigmastérol), alcools triterpéniques (dammaradiénol), dérivés poly-acétyléniques, huile essentielle cristallisée (1 à 5 %) appelée aussi camphre d’aunée ou hélénine, lactones sesquiterpéniques : alantolactone et isoalantolactone, et/ou leurs produits de dégradation : alantol, acide alantique, hydrocarbures sesquiterpéniques (béta-élémène), saponines triterpéniques (drammaranédiénol, phytostérols, polyacétylènes.

Propriétés : expectorante, stimulante, tonique, vermifuge, antiseptique, diurétique, cholagogue, cholérétique, astispasmodique, antitussif.

Effets et usages médicinaux :


  • Affections bronchiques : l‘aunée est connue depuis longtemps comme tonifiant du système respiratoire. Son action douce permet de soigner presque toutes les affections bronchiques.
  • Bronchites chroniques : les vertus médicinales de l’aunée s’appliquent plus particulièrement au traitement des bronchites chroniques et de l’asthme. La plante doit son efficacité à sa double action apaisante et expectorante sur les bronchioles. De plus, grâce à ses propriétés amères, elle accélère la guérison en facilitant la digestion et l’absorption des aliments.
  • Troubles digestifs : l’aunée a une action tonique sur la digestion. Elles stimulent l’appétit et la digestion. C’est aussi un vermifuge très efficace.
  • Infections : autrefois, l’aunée soignait la tuberculose. Elle agit en synergie avec d’autres plantes antiseptiques et on la prescrit en cas de grippe et d’amygdalite. Son action tonique et fortifiante permet de combattre les infections.




  • Bourrache, Borago officinalis
  • Originaire des bords de la Méditerranée, la bourrache est une annuelle buissonnante pleine de charme et de qualités. Ses jolies petites fleurs bleues en étoile en font une très belle plante d'ornement, qui mérite une place dans votre jardin où elle se ressèmera naturellement.

    Une officinale

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La bourrache, borago officinalis, fait partie des "simples", ces plantes qui depuis des siècles composent une pharmacopée populaire.

Non-toxique, une tisane de fleurs et feuilles sera expoctorante, calmera la toux et aura une action diurétique. Elle fait également merveille pour un bain de pieds des plus délassants. Sa feuille appliquée sur une petite coupure favorisera la cicatrisation

Décorative


Ses tiges velues (son nom vient du latin borra, qui signifie poil) portent de grandes feuilles vert clair qui répandent une odeur de concombre si on les froisse.

A l'extrémité des tiges de 30 à 60 cm, ses petites fleurs bleues translucides sont de toute beauté, avec le contraste des sombres étamines pourpres.

A noter : il existe des variétés ornementales à fleurs blanches.

Mode de culture


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]C'est une annuelle, dont les graines germent à l'obscurité. Semez en pot dès le mois de mars, ou en pleine terre à partir d'avril. Le repiquage s'avèrant délicat, ne prévoyez qu'une à deux graines par pot, ou semez directement en place au jardin, en prévoyant 40cm entre chaque plant.

La bourrache apprécie les sols calcaires et plutôt pauvres. Elle prospère en plein soleil.

Amie des insectes

Vous la retrouverez rapidement un peu partout au jardin, car les fourmis qui s'en nourrissent transportent ses graines avec elles. Elle est également appréciée des abeilles et des bourdons.


Vous pouvez la cultiver dans de grands pots ou des jardinières profondes. Il faudra alors veiller à l'arroser suffisamment en cas de forte chaleur.

La rusticité est excellente. En effet, la bourrache se ressème toute seule d'une année sur l'autre via ses graines qui tombent au sol à maturité.

Feuilles et fleurs se récoltent à la fin du printemps.

Intérêt culinaire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Outre ses vertues appaisantes, la bourrache est pleine d'attraits lorsqu'on parle cuisine avec les fleurs :


  • les jeunes feuilles agrémentent salades, fromage blanc, oeufs...
  • les feuilles "adultes" peuvent être cuites en légume à la façon des épinards; elles composent également d'excellents potages
  • les fleurs sont comestibles : elles trancheront joliment avec une belle salade claire
  • vous pouvez mélanger les 2, à raison de 3 feuilles et 5 fleurs, pour réaliser une boisson rafraîchissante avec 1 litre d'eau, le jus de 2 citrons et quelques cuillerées de miel.
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Re: Des plantes pour retaper ces poumons   Mer 21 Déc - 19:10

Astragale, Astragalus membranaceus

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Description de l'astragale (Astragalus membranaceus):
Plante médicinale originaire d’Asie, elle est utilisée surtout pour renforcer le système immunitaire pour prévenir l’affaiblissement du malade et le protéger contre les infections. On recommande de la prendre surtout à titre préventif, notamment contre les infections respiratoires.

Partie utilisée : racine, prélevée au printemps sur une plante de 4 à 7 ans, puis séchée.

Propriétés / Effets /Indication :



  • Fatigue chronique avec manque de résistance à l’effort, transpiration excessive avec asthénie, convalescence.
  • Infections chroniques, boutons avec suppuration.
  • Mauvaise résistance au froid avec tendance aux refroidissements, faiblesse pulmonaire surtout pendant la période hivernale.
  • Effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie.
  • Etat de stress.
  • Asthme bronchique, allergies saisonnières.
  • Insuffisance hépatique

Actions pharmacologiques :



  • Système immunitaire : augmente la formation des anticorps, en particulier les IgA et IgG dans la muqueuse nasale des personnes sensibles aux refroidissements.
  • Système cardiovasculaire : abaisse la pression sanguine et améliore la microcirculation.
  • Foie : hépatoprotectrice, prévient la perte de glycogène hépatique.
  • Sur le contrôle de la glycémie : diminue le taux de sucre dans le sang mais sans effet hypoglycémique préjudiciable.
  • Sur la respiration cellulaire : améliore la tolérance des cellules à l’anoxie, augmente le taux d’AMP cyclique, et inhibe la croissance des cellules tumorales.
  • Sur les glandes surrénales : favorise leur bon fonctionnement et s’oppose aux états de fatigue chronique.

L’astragale fait partie des plantes adaptogènes qui rééquilibrent le système d’adaptation au stress de l’organisme, tout comme le ginseng, l’éleuthérocoque, l’ashwagandha, le maïtaké ou le schizandra.

Mode d'emploi :
-décoction
-infusion
-teinture
-poudre de racine

Pour prévenir les infections respiratoires

* Extrait sec ou liquide. Selon la posologie du fabricant.
* Décoction. Faire bouillir à petit feu de 15 g à 30 g de racine séchée, ou de 4 g à 7 g de poudre de racine, dans 1 litre d’eau durant 10 à 15 minutes. Boire de 500 ml à 1litre par jour en plusieurs doses.

Contre-indications :
- Il est préférable de ne pas dépasser les doses recommandées, car il se pourrait qu’en grande quantité l’astragale affaiblisse le système immunitaire.
- À éviter par les personnes souffrant de maladies auto-immunes et par celles qui viennent de recevoir une greffe.
- Les femmes enceintes ou qui allaitent ne devraient pas consommer d’astragale parce qu’on ne connaît pas ses effets sur le foetus et le bébé.

Effets indésirables:
- Rarement, légers troubles gastro-intestinaux ou petites réactions allergique



Hyssopus officinalis


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'hysope, connue également sous le nom d'herbe sacré est un petit arbrisseau d'une trentaine de centimètres, qui se rencontre un peu partout, sur tous les continents (il pousse jusqu'à 2000 m d'altitude) ; ses lieux favoris restant l'Europe méridionale, le Maghreb et bien sur la Haute Provence. Ses nombreuses tiges carrées, ligneuses et dressées portent de délicates feuilles vertes lancéolées, légèrement brillantes qui dégagent une odeur forte et plaisante. De juillet à septembre, apparaissent les fleurs bleu violet, réunies en verticilles ; le tout forme un agréable petit buisson aromatique.

L'hysope pousse spontanément dans des lieux plutôt secs comme les éboulis, les talus ou les terres légères.

Comment cultiver l'hysope ?


Si autrefois l'hysope avait toujours sa place dans le carré des aromatiques du potager, à côté de la menthe ou de la sarriette, aujourd'hui elle se fait plutôt rare. Pourtant c'est un ingrédient de choix dans la composition des « herbes de Provence » et de plus elle est mellifère et très appréciée des abeilles. D'un point de vue ornemental, la beauté de ses petites fleurs lui confèrent un attrait indiscutable pour la composition de massifs ou de rocailles.

On l'a vue précédemment, l'hysope se développe sur des terres pauvres, caillouteuse et ensoleillées. Elle prospère cependant d'avantage sur un sol fertile et peut se satisfaire également d'un endroit semi-ombragé.

Les semis se font en place, en mars ou avril ; au bout de deux semaines, les graines doivent avoir germées.

Les touffes anciennes d'hysope peuvent être divisées au printemps ou à l'automne. Mettez en terre les rameaux les plus beaux, avec des racines, et arrosez-les pour leur assurer une bonne reprise. Les boutures se font aux mêmes périodes, avec des rameaux de 10 cm, effeuillés à la base.

La mise en terre doit tenir compte de son développement futur : prévoyez un espacement entre les plants d'environ 65 cm.

Son entretien est des plus simple : installez un paillage au pied lorsqu'il est jeune ; par la suite, les arrosages ne sont nécessaires qu'en cas de grande sécheresse. L'hysope peut rester en place 4 ans ; au-delà, divisez les touffes pour les renouveler.

Comment récolte-t-on l'hysope ?


Tout se cueille sur l'hysope. Les feuilles fraîches se récoltent au fur et à mesure des besoins. Si vous souhaitez les faire sécher (pour la conservation), coupez les tiges avant la floraison. Les fleurs sont quant à elles coupées en début de floraison.

Très aromatiques, les feuilles sont utilisées comme condiment ; à utiliser en petite quantités ! Les fleurs parfument agréablement les salades vertes.

D'un point de vue médicinal, les infusions d'hysopes sont bénéfiques pour les bronches, le système digestif et le système nerveux.

Attention : l'huile essentielle d'hysope est toxique.

Le saviez-vous ?



  • Les variétés sauvages ont une odeur et une saveur plus douces
  • L'hysope était utilisées par les civilisations grecques et arabes pour ses propriétés médicinales mais aussi pour son sens sacré purificateur
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Re: Des plantes pour retaper ces poumons   Mer 21 Déc - 19:18

Molène, Verbascum thapsus
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





Verbascum thapsus est une plante dicotylédone qui produit une rosette de feuilles dans sa première année de croissance. Les feuilles sont grandes, pouvant atteindre 50 cm de long. La deuxième année, les plantes produisent généralement une seule tige ramifiée atteignant habituellement 1 à 2 m de haut. Dans l'Est de sa répartition en Chine, elle ne dépasse pas 1,5 m de hauteur. La haute hampe se termine en un épi dense de fleurs qui peuvent occuper jusqu'à la moitié de la longueur de la tige. Toutes les parties de la plante sont couvertes de poils en forme d'étoile. Cette couverture est particulièrement épaisse sur les feuilles, leur donnant un aspect argenté. Le nombre de chromosomes de l'espèce est 2n = 36

Sur les plantes fleuries, les feuilles sont alternes le long de la tige. Elles sont épaisse et décurrentes, avec de nombreuses variations dans la forme entre les feuilles supérieures et les feuilles inférieures de la tige, allant de oblongues à oblancéolées, et atteignant 50 cm de long et de large Elles deviennent plus petites en haut de la tige, et moins fortement décurrentes vers le bas. La tige florale est solide, d'un diamètre compris entre 2 et 2,5 cm et, occasionnellement, ramifiée juste au-dessous de l'inflorescence[ généralement à la suite de dommages (cassures…). Après la floraison et la libération des graines, la tige et les fruits persistent généralement en hiver après s'être desséchés. Les tiges sèches sont le plus souvent brun foncé, et persistent souvent jusqu'au printemps suivant, voire l'été suivant. La plante produit une racine pivotante peu profonde.

Les fleurs sont pentamères, avec cinq étamines attachées aux pétales, un tube du calice à cinq lobes et une corolle à cinq pétales, jaune vif, mesurant 1,5 à 3 cm de diamètre. Les fleurs sont presque sessiles, avec un pédicelle très courts (2 mm). Les cinq étamines sont de deux types : les trois étamines supérieure sont plus courtes, leurs filets couverts de poils jaunes ou blanchâtres, et ont des anthères plus petites, alors que les deux inférieures ont des filets glabres et des anthères plus grandes. La plante produit des capsules ovoïdes de petite taille (6 mm) qui s'ouvrent par deux valves ; chaque capsule contient un grand nombre de minuscules graines brunes, chacune mesurant moins d'un millimètre, marquées par des crêtes longitudinales. Il existe une forme à fleurs blanches, V. thapsus f. candicans[. La floraison dure jusqu'à trois mois, du début à la fin de l'été (juin à août dans le nord de l'Europe). La floraison commence en bas de l'épi et progresse de façon irrégulière vers le haut ; chaque fleur s'ouvre pendant une partie d'une journée et seules quelques-unes sont ouvertes en même temps sur la tige.

Le Bouillon blanc a été utilisé depuis longtemps comme un remède pour la peau, la gorge et les affections respiratoires. Il a longtemps eu une réputation médicinale, en particulier comme astringent et émollient, car il contient du mucilage, des saponines, de la coumarine et des glycosides. Dioscoride le recommandait pour les maladies des poumons et il est aujourd'hui largement disponible dans les herboristeries. Les utilisations non médicales incluent des teinture et la fabrication de torches.

Utilisations médicales


Dioscoride recommandait déjà la plante il y a 2 000 ans, contre les maladies pulmonaires, et ceci est resté l'une de ses principales utilisations, en particulier contre la toux. Des décoctions et infusions de feuilles ont été utilisées pour l'expectoration, la toux sèche, la bronchite, les maux de gorge et les hémorroïdes. Les feuilles étaient également fumées pour traiter les affections pulmonaires, une tradition qui en Amérique a été rapidement transmise aux peuples autochtones. La combinaison de saponines expectorantes et du mucilage émollient rend la plante particulièrement efficace contre la toux. Toutes les préparations destinées à être bues doivent être finement filtrées pour éliminer les poils irritants.

L'huile essentielle de la fleur était utilisée contre les catarrhes et les coliques, et, en Allemagne, contre les otites, les engelures, l'eczéma et d'autres affections externes. L'application locale de diverses préparations à base de V. thapsus a été recommandée pour le traitement de la gale[44], de brûluress, des hémorroïdes, entre autres Des études récentes ont constaté que le Bouillon blanc contient des composés de type glycyrrhizine ayant une potentielle action bactéricide et anti-tumorale. Ces composés sont concentrés dans les fleurs. Différents extraits ont des niveaux variables d'efficacité contre les bactéries La Commission E allemande a autorisé l'usage médicinal de la plante contre les catarrhes. Elle a également fait partie de la pharmacopée nationale aux États-Unis et au Royaume-Uni Les feuilles de la plante, ainsi que les semences, contiennent de la roténone, en quantités inconnues
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
barroudeur

avatar

Masculin Bélier Dragon
Date de naissance : 10/04/1952
Age : 65
Localisation : MARSEILLE
Humeur : suivant l'état de la Mer

MessageSujet: Re: Des plantes pour retaper ces poumons   Mer 21 Déc - 19:39

Merci MARIE bisous

mais trouve t-on ces plantes en pharmacie ?

je prendrai bien

l' Aunée

bonjour
Revenir en haut Aller en bas
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Re: Des plantes pour retaper ces poumons   Mer 21 Déc - 22:34

barroudeur a écrit:
Merci MARIE [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

mais trouve t-on ces plantes en pharmacie ?

je prendrai bien

l' Aunée

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

oui chez un herboriste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des plantes pour retaper ces poumons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des plantes pour retaper ces poumons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Phytothérapie - Homéopathie - Médecine naturelle-Médecine parallèle-
Sauter vers: