Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
Bonjour et bienvenue sur le forum
Il existe un post de présentation pour vous et libre à vous ensuite de poster dans les différentes catégories qui vous intéressent. :)
http://bpcopneumologie.forumgratuit.org/post?f=3&mode=newtopic
A bientôt
marie45310


Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac

Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac
 
AccueilPortailPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Adieu Gnourf
Pour Marc,Thier,Elkendie,Domy -Soizic-Gladys-Plume-Jean-marie-La vache qui tache-Gnourf
Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler.

Partagez | 
 

 Comment parler de sa maladie à son enfant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marie45310
Admin fondatrice
Admin fondatrice
avatar

Féminin Poissons Cheval
Date de naissance : 05/03/1954
Age : 63
Localisation : Patay(loiret)
Humeur : Je vais bien

MessageSujet: Comment parler de sa maladie à son enfant ?    Jeu 5 Nov - 16:12

Comment parler de sa maladie à son enfant ? Les réponses de Marcel Rufo


Associations 02/11/2015
Tags : Parole d'expert,  Vivre avec la maladie  



Annoncer une maladie grave à ses enfants n’a rien de facile. Avec quels mots dire ses maux ? Les réponses du célèbre pédopsychiatre Marcel Rufo.

La façon de s’y prendre varie-t-elle en fonction de l’âge de l’enfant ?

Entre 5 et 7 ans, les enfants découvrent l’idée de la mort. Mieux vaut donc être extrêmement prudent dans la façon de dire les choses, et préférer un énoncé du type : « j’ai une maladie pour laquelle je me soigne ». Entre 7 et 11 ans, l’enfant s’intéresse davantage à l’anatomie et il est plus facile d’évoquer avec lui l’organe malade, tout en expliquant comment on le soigne. A l’adolescence, il est possible de considérer le jeune comme un « partenaire », avec lequel on peut discuter « comme avec un grand ». Enfin, la communication avec les jeunes adultes ne doit pas être négligée. En effet, ils risquent de culpabiliser de la distance qui les séparent du parent malade, et il me paraît pertinent de les inciter à faire passer leurs propres vies en priorité. Toutes ces réponses sont néanmoins très génériques, et bien évidemment, il faut envisager chaque individu au cas par cas.

Y-a-t-il des solutions pour rassurer les enfants, notamment sur l’idée de la mort ?

Récemment, j’ai accompagné une famille au sein de laquelle la mère était atteinte d’une maladie neurodégénérative évolutive. L’aîné des quatre enfants se sentait responsable, le second refusait de parler de la maladie de sa maman, le troisième était très anxieux, quant au quatrième, il semblait indemne. Il faut prendre en compte que chaque enfant réagit différemment, en fonction de sa structure.

Marcel-rufo
Le pédopsychiatre Marcel Rufo


Quelles sont les difficultés rencontrées par les enfants ?

Ils peuvent « surjouer » la volonté d’accompagnement, sur le mode « je n’aurai pas de vie, je n’aurai pas d’enfants… ». C’est la raison pour laquelle il est important, que malgré la maladie d’un des deux parents, la vie de l’enfant continue à se dérouler aussi normalement que possible. C’est très important que le parent en bonne santé vive avec ses enfants comme si l’autre parent n’était pas malade. Qu’il les emmène au cinéma, au théâtre… dans une logique de banalisation de la vie quotidienne. L’autre difficulté à laquelle font face certains jeunes dès lors qu’ils entretiennent des relations compliquées avec le parent malade, c’est la culpabilisation. Ce dernier doit donc tenter de verbaliser le fait que s’il est en mauvaise santé, ce n’est pas à cause des tensions avec son enfant, ou de ses mauvais résultats scolaires…

L’accompagnement des enfants par un pédopsychiatre est-il systématiquement pertinent ?

Non, pas systématiquement. L’option des groupes de parole pour les jeunes est aussi très pertinente, d’autant que cela est parfois plus facile pour eux de réaliser que d’autres traversent la même situation. Tous les enfants n’ont pas forcément envie ou besoin de parler. En revanche, quand l’un des deux parents ou les deux ont perdu pied, l’aide d’un tiers a beaucoup de sens. Pareil pour les enfants très vulnérables ou très angoissés par la disparition de leur parent. Une petite fille m’a demandé un jour si j’étais « un chasseur de nuages noirs ». C’est exactement mon objectif, à savoir faire en sorte que les orages passent, même si bien sûr, il n’y a pas de deuil possible de quelqu’un qu’on aime.
Revenir en haut Aller en bas
http://mescaniches.blog4ever.com/blog/index-110318.html
 
Comment parler de sa maladie à son enfant ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum BPCO, Emphysème, Maladies Respiratoires, Sevrage Tabac :: AFFECTIONS RESPIRATOIRES - BPCO - EMPHYSEME :: Documentations Maladies-
Sauter vers: